« Le sportif et l’entrepreneur » Michel Rouger, président de Présaje

Jusque dans les années 1970 le monde du travail et l’univers du sport avaient noué historiquement des relations étroites favorisant l’émergence et la pérennité des clubs sur les lieux de travail comme dans la vie civile. L’idée même de la compétition restait pourtant quelque peu  antinomique des principes du taylorisme ou de la bureaucratie telle que l’avait conceptualisée Max Weber lors de la naissance des sports modernes. Puis la performance et le culte du progrès  joint à la reconnaissance du professionnalisme sportif (y compris aux JO dans les années 80)  ont combiné  un modèle d’action (entreprendre) et un modèle de justice (égalité par le sport) avec un style d’existence (l’épanouissement personnel ) d’un individu apparemment émancipé des interdits qui l’empêchaient de choisir sa vie auparavant.  En 2012 nous sommes dans  cette ère inédite des relations entre le sport et  l’entreprise mais aussi au cœur d’une crise sans précédent…..

Le Sportif, tel que nous le connaissons aujourd’hui, homme ou femme, est l’héritier d’une lignée.

Elle est née en Grande-Bretagne au milieu du XIXsiècle. Son origine est contemporaine à une autre lignée dont il côtoie encore les descendants, centcinquante ans plus tard. L’Entrepreneur, est né de la révolution industrielle,

datée de cette même époque, au même endroit. Il a construit le développement technologique, grâce au machinisme, en créant le monde des ouvriers salariés auquel s’est ajouté celui des employés des bureaux et des magasins du milieu du 20siècle.

Le sportif et l’entrepreneur  ont, dés le début de leurs aventures parallèles, partagé le goût d’entreprendre et la volonté de réussir. C’est pourquoi une analyse de type sociétal permet, par une comparaison entre les deux personnalités, de mieux mettre en évidence la spécificité du Sportif, dans son rapport avec l’action d’entreprendre et la recherche de sa réussite.

Le sportif et l’entrepreneur ont vécu ensemble le développement de leurs réussites et de leurs échecs.

Auparavant, il faut faire référence au sens des mots Entreprendre et Réussir. Entreprendre, c’est s’engager, commencer, porter un dessein ou un projet, se mettre à faire quelque chose. Réussir c’est obtenir un succès, bon ou mauvais. Ainsi les choses sont claires depuis que LITTRE les a définies, en 1877, dans son dictionnaire de la langue française qui reste la référence. Elles le sont encore plus quand on sait que l’usage des concepts diverge du sens des mots qui les définissent, selon que l’on entreprend dans le jeu et la compétition, ou dans le travail et la concurrence.

Celui ou celle qui s’engage dans le jeu ne peut pas entreprendre comme on le fait dans le business.

Les moyens du succès sont trop divergents. La réflexion proposée sur ces divergences  vise à montrer comment l’organisation des activités sportives et de la vie du sportif, ont été et restent marquées par l’influence des grands mouvements sociétaux nés dans ce creuset britannique du XIXsiècle. Influence responsable des mutations qu’à connues le Sportif, en trois temps, en trois lieux : la nature, le  stade, l’écran.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Sport

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s